En des glyphes formels, ici, le Geste épouse la Parole.

En un Geste hésitant, ici, le signe opère sur le nombre comme sur le monde.

Voici un lieu du verbe en acte, théâtre de la construction du sens par la forme...

Un terrain de jeu de la mathématique, connaissance élaborée par opposition à l'expérience reçue...

...Et c'est aussi le site de classe de la MP* du lycée Chaptal !

Ce site n'existerait pas sans la compétence, la patience, la constance de Jerémy Amode.
C'est lui qui a fait tout le travail technique, qui est art autant que le contenu.

Est-ce l'essentiel ?

A vous tou(te)s, mes élèves, qui m'immergez dans votre éternelle jeunesse....

«Nous sommes des nains juchés sur des épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu'eux, non parce que notre vue est plus aigüe ou notre taille plus haute, mais parce qu'ils nous portent en l'air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque.»....

(Attribué à Bernard de Chartres env.1120)

Nous avons été mis au monde plus d'une fois.
Les Dieux ont créé le monde, les géants nous l'ont offert.
Nous voyons le jour : notre mère nous a donné le jour, mis au monde.
Puis les Géants nous ont hissés avec bienveillance sur les épaules, d'où jouir de la vue.
Ce que nous voyons, perchés sur le toit de leur humanité, est ce qu'ils nous donnent à voir, ce qu'eux mêmes sont allés cueillir pour nous aux racines du réel et de l’imaginaire.

Si j'ai reçu un don en partage, c'est le don d'admiration...

...pas ici !
Si près du cœur, ce ne peut être que murmuré.

A ceux et celles avec qui j'ai partagé le pain et le sel.

Recherche

Identification

Un coup de dés...

« Et quand personne ne me lira, ai-je perdu mon temps de m’être entretenu tant d’heures oisives à pensements si utiles et agréables? Moulant sur moi cette figure, il m’a fallu si souvent mouler et composer pour m’extraire, que le patron s’en est fermi et aucunement formé soi-même.
Me peignant pour autrui, je me suis peint en moi de couleurs plus nettes que n’avaient les miennes premières. Je n’ai pas plus fait mon livre que mon livre m’a fait, livre consubstantiel à son auteur, d’une occupation propre, membre de ma vie, non d’une occupation et fin tierce et étrangère, comme tous autres livres.»

Michel de Montaigne