klimt-kiss

En des glyphes formels, ici, le Geste épouse la Parole.

En un Geste hésitant, ici, le signe opère sur le nombre comme sur le monde.

Voici un lieu du verbe en acte, théâtre de la construction du sens par la forme...

Un terrain de jeu de la mathématique, connaissance élaborée par opposition à l'expérience reçue...

...Et c'est aussi le site de classe de la MP* du lycée Chaptal !

Ici, à venir, petit à petit, au fil des années, des offrandes à mes mannes et mes amis.
Certains seront publics, d'autres résevés à mes proches.

Hommage à Nana (ma soeur)
Hommage à Tontus/Robinson.
Hommage à l'ange Daniel
Hommage à Martine.
Hommage à Schutz.
Hommage à Walter, Alexis, Peter.
etc...

Pour l'instant, tout cela est en gestation.

J'ai toujours connu Marco Schutzenberger aussi âgé, aussi léger, aussi gracieux que la jeunesse même.
J'essaierai ici de raconter son inextinguible joie enfantine, et mes premières rencontres avec les mathématiciens...

Ici, je raconterai comment l'infini m'est arrivé à l'age de sept, par la corne d'abondance, par la lutte pour l'aînesse avec mon rival/ami Walter, et par la grâce de l'oncle Picsou...

Recherche

Identification

 

 

[...] tel un aveugle qui, ses yeux s'ouvrant enfin, entreverrait
—mais quoi ?—
Un triangle muet et incompréhensible.

Se sentirait-il moins aveugle, cet aveugle, de voir un triangle incompréhensible ?

[...]et si je regarde l'obscurité à la loupe, verrai-je autre chose que l'obscurité ?
Et si je regarde la lumière à la loupe, je verrai seulement dans un choc une lumière plus violente.
J'ai entrevu, mais je suis tout aussi aveugle qu'avant, car j'ai entrevu un triangle incompréhensible.
Il me faudrait, pour voir, me métamorphoser en un triangle, qui dans le triangle incompréhensible,
déchiffrerait ma propre source et mon double.

Clarice Lispector, La passion selon G.H.