Van Dongen gypsy

En des glyphes formels, ici, le Geste épouse la Parole.

En un Geste hésitant, ici, le signe opère sur le nombre comme sur le monde.

Voici un lieu du verbe en acte, théâtre de la construction du sens par la forme...

Un terrain de jeu de la mathématique, connaissance élaborée par opposition à l'expérience reçue...

...Et c'est aussi le site de classe de la MP* du lycée Chaptal !



Pages blanches ~Tableaux noirs~


Cette aube palissant, il y a beaucoup de pages vides ou presque sur ce site.
Mais non, gravides (En gestation, donc ?)

Selon l'usage, je ne devrais pas les publier, les mettre au jour avant de les noircir.
Mais elles m'obligent. Ce sont des promesses, faites à vous et au vent, car c'est ainsi que j'avance, me tenant de promesse en promesse.

C'est un rituel conjuratoire de mon immense paresse.
Mais aussi, surtout, ces pages ont été écrites :
ce sont des tableaux noirs effacés, ou plutôt des tableaux noirs entièrement recouverts de craie blanche .
Tant gravé(e)s inscrit(e)s gratté(e)s réécrit(e)s que plus rien ne s'y discerne ni jour ni nuit, et qu'il me faudra démêler les mots des ratures, fouiller les oublis, pour laisser réapparaître les traces d'effleurement de la plume et de la craie.

J'aime le tableau noir.
D'année en année, la craie me dévore la peau des mains, et on me dit souvent que je devrais faire cours sur transparent, ou au feutre, sur une lame de plastique. Impensable.
Sur le tableau effacé où je commence un cours, il reste des traces de sel, tout a commencé bien avant le début.
J'écris sur un mur avec un morceau de calcaire, falaise contre falaise, coquillage sur ardoise.
Avec un bout de bois laissé par le reflux sur la plage, j'écris :   \overrightarrow{F}= -G\frac{m_1m_2}{r^3}\cdot\overrightarrow{r} .
C'est la loi Newtonienne de la gravitation universelle, qui dicte la marée (prenez-la en note), qui effacera le texte de la loi : rien n'est écrit.

Ailleurs, une autre fois, je vous raconterai en détail le «paradoxe du ciel noir» (promis !).

Ainsi va la connaissance réelle : fascination du ciel noir, étoiles immobiles, lenteur infinie, puis le jour, récit, théorie, explication, modèle, bruit...
Et la nuit est à nouveau là, plus intense, plus inexpliquée encore, plus incompréhensible par le jour qu'avant.
Mais la physique, la mathématique a joué son rôle primordial : non pas d'éclairer, mais entre deux nuits, maintenir le mystère à la lumière du jour.

Le cours s'achève, le récit s'éteint, j'efface le tableau. Il y reste des poussières d'étoiles.

-------------- ...je le vois, ce jour hors duquel il n'est rien.
--------------...et ce jour s'effaçant, je m'effacerai avec lui, pensée, certitude qui me transporte.

(Maurice Blanchot, in «La folie du jour»)


(Promesse=prémisse=prae missia : premières phrases (d'un raisonnement) dont toutes les autres découlent.)


Depuis avril 2011, je pleure des larmes de pierres.
Je me suis brûlé les cornées au feu de lune, la craie déssèche mes yeux, et pour ne pas perdre la vue, j'ai du renoncer au tableau noir.
Je dois écrire sur un suaire en vinyle, ou la pensée glisse sans s'incruster, c'est une désolation.
Ce site m'est donc d'autant plus précieux qu'il devient un substitut d'ardoise où graver l'éphémère...

You have no rights to post comments

Recherche

Identification

 

— ENTRE DEUX MIROIRS —
INTRODUCTION À LA BIBLIOTHÈQUE DES MYSTÈRES


Deux miroirs semi-transparents :
l’un cache derrière lui les tréfonds de votre esprit, l’autre fait écran entre l’Univers et vous. De multiples reflets de motifs lumineux vous submergent.

Ces taches rouges sur l’écran sont-elles les restes d’une galaxie morte, lointaine de plusieurs millions d’années-lumière, qui se consument, ou bien votre vision mentale, éblouie par les braises rougeoyantes de peurs et de désirs reptiliens, vieux de plusieurs millions d’années, dans une chambre cachée de votre cerveau ?

Perdu…
...mais scrutant profondément les ténèbres de l’espace anonyme,
ni à l’intérieur ni à l’extérieur de ce que vous appelez « moi-même »,  vous percevez des chuchotements sans son, des visions sans lumière – l’Univers –,  se reflétant dans les miroirs des esprits des autres, essayant de vous parler dans un langage fait d’invisibles et silencieux cordons de symboles hiéroglyphiques.

Douloureusement, avec effort, presque comme dans un rêve, vous vous apercevez que les symboles sont des mots, et les miroirs des livres.
Vous entamez la lecture, et votre conversation avec l’Univers commence.

Misha Gromov.