modigliani0

En des glyphes formels, ici, le Geste épouse la Parole.

En un Geste hésitant, ici, le signe opère sur le nombre comme sur le monde.

Voici un lieu du verbe en acte, théâtre de la construction du sens par la forme...

Un terrain de jeu de la mathématique, connaissance élaborée par opposition à l'expérience reçue...

...Et c'est aussi le site de classe de la MP* du lycée Chaptal !


« Il dépend de celui qui passe
Que je sois tombe ou trésor
Que je parle ou me taise
Ceci ne tient qu'à toi Ami
n'entre pas sans désir »


 
(Paul Valéry, frontispice du musée de l'homme, au palais de Chaillot)


Cliquez sur les titres !


Pour être tout à fait honnête, (ce qui est difficile), je ne me sens pas très clair sur cette question.
Il est très possible qu'à l'usage, la part publique d'En Geste s'élargisse, mais pour l'instant....{slide=                       Sur le droit d'auteur...}
...et je ne me sens pas toujours le droit de diffuser sans retour possible ce qui ne me semble pas être ma propriété.
Puisqu'une idée, un théorème, une démonstration, une méthode, ne saurait appartenir à personne, et a fortiori pas à moi, je crains toujours en diffusant mon travail d'en spolier les créateurs véritables, que j'ai moi même oublié en assimilant leur œuvre au fil des années.
Si dans une tournure particulière, une solution originale, vous vous reconnaissez sans que je vous cite, excusez m'en, ce n'est certainement pas volontaire, faites le moi savoir avec indulgence, et je corrigerai de mon mieux cet oubli.
Mais je me dois de donner ce que j'ai reçu, transmettre est mon métier. Cela évoluera peut-être, j'arriverai peut-être à abandonner ces scrupules sans doute inutiles, mais pour l'instant, je ne me sens autorisé à livrer les trésors dont je suis gardien et non dépositaire, qu'à ceux dont le désir en fera un objet de partage sans possession.
{/slide}
Écrire occupe une grande place chez moi. Une très grande place, très vide.
Parce que je suis incapable d'écrire autre chose que des lettres, et que sans destinataire, rien en moi ne se fait.
Même ma toute petite production mathématique ne voit le jour qu'à la condition exclusive que ces textes soient destinés à mes étudiants, et conçus comme partie émergée du dialogue continu que constitue l'enseignement vivant. Tous mes polys, mes problèmes, mes exercices, même les moins personnels, sont des échos ou des prémisses de ce qui se joue sur scène, avec la classe. C'est encore pour cela qu'ils ne f(er)ont pas un livre.
C'est sans doute une lacune, un manque, un défaut, mais j'ai viscéralement besoin de partager, sans doute parce que je suis incapable de trouver d'autre valeur à mes gribouillages que celle accordée par leur destinataire.
J'ai donc besoin de vous, pour vous écrire ce site. D'un vous aussi réel que possible, pas d'une statistique "nombre de visiteurs", de "clics", de "votes".
C'est l'illusion(?) dont j'ai besoin pour dérouler le fil de mon monologue --sinon stérile-- en un être vivant.
Il n'y a aucune exclusive, toute personne qui voudra bien me laisser un nom, un mail, et une trace d'envie sera cordialement invitée...
La liste des mails des inscrits ne sera en aucun cas diffusée à qui que ce soit, pour quoique ce soit d'autre que de nouer un fil entre nous, que vous pourrez rompre à votre guise.
Comme je souhaite valider par moi-même (et non par un robot, puisque je veux le contact !) les inscriptions et ce qui va avec d'amorce de dialogue, je ne veux pas que 3 237 personnes s'inscrivent pour ne venir qu'une fois ou deux, et surtout qu'une même personne qui passerait occasionnellement 6 fois s'inscrive 4 fois, parce que l'identifiant aurait été oublié : votre login est votre e-mail, ce qui règle la question.
Et ainsi, si vous perdez votre mot de passe, le "robot inscripteur" saura forcément où vous en renvoyer un nouveau !
Comme pour s'inscrire, il faut répondre au message renvoyé à l'e-mail fourni, celui-ci doit obligatoirement être une adresse valide !
Mais si vous ne voulez pas la "laisser" sur le site (elle sera invisible des autres inscrits, de toute façon, sauf cas particulier : par exemple, mes élèves pourront consulter une partie, utilitaire, de la "fiche" des autres), il vous suffit de modifier votre identifiant a posteriori, une fois votre inscription validée.
( TristeMais je ne pourrai plus alors vous contacter, par exemple pour vous signaler que vous êtes passé du statut d'invité à celui d'ami, par exemple...Triste)
Et pour dire la bête vérité, ce système était configuré par défaut dans les outils que j'ai employé pour construire ce site, et vu mon peu de compétence, j'ai laissé le système d'inscription en l'état. Si vous trouvez ça vraiment désagréable, dites le moi, j'essaierai d'améliorer la chose dans quelques mois, ou pire...
Certaines rubriques sont naturellement  réservées de manière exclusive à mes proches, les collègues, ou à mes élèves, etc.
Mes potes n'ont guère d'intérêt à consulter la date du prochain devoir ou le programme de colle, mes élèves ne sauront pas comment je surnommais mes enfants quand ils avaient deux ans, et ainsi de suite...  Comme En-Geste est aussi bien une terre d'enfance qu'un outil professionnel, les différents types d'inscription me permettent de cloisonner mon intérieur... Mais bien des parrois sont poreuses, munies de portes qui sont des invitations à entrer.

Certaines personnes pourront à terme participer, si elles le souhaitent, à l'élaboration de ce site, mais pas toutes : je n'aurais pas sans cela la possibilité matérielle de le gérer seul. (Par exemple, je peux répondre aux questions de mes élèves sur un exercice résistant et passionnant, mais pas à des questions de tous sur tout :
je ne suis pas assez nombreux pour ça).
Pour l'instant, cet aspect essentiel est réduit à des proportions dérisoires, parce que ce n'est qu'un commencement, et qu'il me faut tellement de temps pour poser les fondations que je n'en ai pas à consacrer à la gestion de vos contributions.
Mais j'espère bien que lorsque je serai prêt, vous me comblerez de rêves, de momments de communions, de scènes de vie, d'éclats de joie ...

Et tout cela présuppose que les intéressé(e)s s'inscrivent !







You have no rights to post comments

Recherche

Identification

 

L'incommunicabilité du paradoxe existe peut-être, mais ne se manifeste pas en tant que telle, car Abraham lui-même ne le comprend pas.
Or, il n'a pas besoin de comprendre, ou ne le doit pas.
Il n'a donc pas non plus à linterpréter pour lui-même, mais il lui est bien permis de l'interpréter pour les autres.
En ce sens, même le général n'est pas sans équivoque, ce qui s'exprime, dans le cas d'Iphigénie, par le fait que l'oracle n'est jamais clair.

Franz Kafka, quatrième cahier in-octavo.